Coste, oui c’est un Coste / 30 x 30 x 22 – Technique mixte – 2011

La série des Splash Paint définit un rapport à la peinture, au geste et à l’onomatopée. On ne lésine pas sur la marchandise quand il s’agit de napper, d’enrober, de phraser avec les matériaux onctueux propres à l’histoire de l’art et de la gastronomie. L’acrylique, la porcelaine, le plâtre ou le caramel sont autant de matières propices à la tâche, au splash, devenus clichés graphiques largement répandus. Peintures charnues, objets picturaux, la série des Splash Paint décline une gamme de sensations et de gestes provoqués par les liquidités colorées.

Les pièces présentées ici rendent compte d’un état pictural emphatique, grotesque, éminemment placé du côté de la caricature. La peinture y est envisagée comme une succession de couches de couleurs venant s’ajouter sur les précédentes. L’accumulation des coulées forme une croûte, comme le sont les rugosités de l’épiderme, et laisse apparaître une dermatose propre à tout sujet inquiet de son environnement, de son histoire. L’ajout d’une couche, d’une couleur, à raison d’une journée, relève d’une quête: Ériger la peinture, édifier une forme. Une forme qui immanquablement s’affaisse et se répand en bon liquide qu’elle est. L’aïoli ne prend pas, et ce malgré les efforts renouvelés du gourmand. On observe alors un objet ratatiné, étalé de tout son corps.

Vue d’atelier / 2011

Coulée d’acrylique pigmentée / 168 x 43 cm – 2010